J’aime la plume envoûtante et l’univers très étrange de l’écrivaine britannique de SF Jo Walton, découverte avec « Nos vrais enfants » qui fut un vrai coup de coeur.

« Morwenna » paraît en France en 2014 après avoir obtenu le prix Hugo, prestigieux prix américain qui récompense chaque année les meilleures oeuvres de SF.

Morwenna est une jeune fille de 15 ans qui a été élevée à Cardiff par sa grand-mère institutrice et son grand-père ouvrier. Sa mère était trop perturbée pour élever ses deux filles.

Morwenna a perdu sa soeur jumelle dans un accident duquel elle est elle-même ressortie gravement handicapée d’une jambe. Après le décès de sa grand-mère, son grand-père décline et ne peut s’occuper d’elle.

Terrorisée à l’idée de devoir vivre avec sa mère très maléfique, Morwenna fugue et se rend chez son père, qu’elle n’a jamais rencontré. Celui-ci vit avec ses soeurs dans un mystérieux manoir perdu au milieu du Pays de Galle où il assure toutes les corvées et semble avoir peu de liberté.

Passionné de lecture SF comme sa fille, il l’accueille avec plaisir et un timide lien commence à se tisser, mais les tantes semblent s’opposer à partager leur vie avec cette nièce handicapée et issue d’un milieu inférieur au leur. Elles vont placer Morwenna dans un pensionnat huppé où elle va se retrouver seule et stigmatisée.

Heureusement, il y a la bibliothécaire du collège qui l’abreuve de lecture et l’inscrit à la bibliothèque de la ville et à un club de lecture spécialisé en SF.

Morwenna pourra découvrir des personnes proches de sa sensibilité, se faire des amis et peut-être partager son secret, qu’elle gère seule depuis la disparition de sa soeur : elle voit des êtres qu’elle nomme fées et qui peuvent l’aider à donner des coups de pouce au destin.

Le roman est en fait le journal intime de Morwenna où elle raconte de façon poignante sa vie à l’internat, ses émotions, sa douleur physique, ses lectures, ses réflexions sur le monde, mais aussi où elle dévoile peu à peu son passé et sa mère. Celle-ci a également un don de magie, mais l’utilise à de mauvaises fins et cherche à faire du mal à sa fille. Comme elle le peut, Morwenna devra s’en protéger car c’est loin d’être la première fois qu’elle s’en prend à sa fille.

Morwenna est un personnage passionnant, lumineux, fort et très mature. Une jeune fille très réservée et cependant très affirmée, déterminée. On ne veut plus lâcher la lecture de son journal. Elle saura s’entourer d’amour et de personnes soutenantes dans les combats difficiles qu’elle doit mener.

C’est un roman rempli de livres, de références et reflexions passionnantes sur la littérature SF, qui se déroule dans une ambiance mystérieuse faite de paysages humides, de vieilles pierres et de mythologie galloise.

C’est une oeuvre très originale sur la différence, la résilience, portant une belle réflexion sur le destin et/ou la magie, une histoire belle mais âpre, un mélange de roman initiatique et de conte de fées, que j’ai refermé avec bien des regrets.

Publicité